Recherchez par date
sur le calendrier
Télécharger la
brochure

Sages Comme Des Sauvages (en duo)

Concert intimiste en partenariat avec Glaïeuls Paradise *

 

Tapis derrière la jungle de leurs plantes d’appartement, Ava Carrère et Ismaël Colombani observent la vie comme elle va. Le luxe engendre la misère, la mode taille des costards aux fauves et l’usine vole le feu du volcan. Sages Comme Des Sauvages échafaude sa musique comme le lieutenant Colombo mène l’enquête, comme le douanier Rousseau peint ses tigres, avec la naïveté en bandoulière, comme une arme contre le second degré et les désillusions de notre temps.

Fort du succès de leur premier album et de la tournée fleuve qui l’a suivi, le groupe a sillonné tous les recoins de la francophonie pour aller cueillir par brassées les membres de son public. De l’île de la Réunion au Québec, le groupe a tatoué le territoire de ses ritournelles, de ses plaisanteries fines et de son panache. Sages Comme Des Sauvages est sur scène comme dans son salon et c’est pour ça que le public en redemande. Le duo a bâti en concert une complicité entre lui et le monde. Complicité qu’ils ont transcrit en studio.  Arrangé à 8 mains avec leurs comparses de scène Osvaldo Hernandez (percussions afro-latines) et Emilie Alenda (basson, clavier, chant), enregistré par le sorcier Jean Lamoot (Salif Keita, Alain Bashung, Noir Désir…) le deuxième album de Sages comme des sauvages apparaît plus luxuriant que jamais et c’est une machette bien acérée qu’il faudra pour arpenter cette jungle où poussent des chansons polymorphes et pointues.

Sages Comme des Sauvages propose exclusivement ses tournées en quatuor.  Le groupe a accepté l’invitation de Glaïeuls Paradise pour une formule duo inédite dans le cadre du cycle de concerts intimistes.





* Le « Cycle de concert intimiste » propose des soirées centrées autour de la rencontre intimiste et chaleureuse avec l’univers d’un artiste. Organisées par l’asbl Glaïeuls Paradise, ces soirées proposent de vivre une expérience de concert comme à la maison. Le public est accueilli dans un écrin qui rappelle le cadre d’un appartement. L’atmosphère est intimiste, bon enfant, agréable.
« Aux pieds des Glaïeuls », un podcast est proposé pour prolonger l’expérience.
Le soir du concert, une carte postale sonore sera créée par Aude Piette (réalisatrice du podcast belge « Au Pays de Nulle Part ») en collaboration avec l’artiste en scène et le public. Pour cela, celles et ceux qui le souhaitent pourront se prêter au jeu d’une petite interview intimiste, les yeux fermés, avec Aude avant et après le concert… On ne vous en dit pas plus !
Le podcast sera diffusé quelques jours après la soirée.